Epidémie coronavirus. Avril 2020

Epidémie coronavirus. Avril 2020

Avril 2020

Publié le lundi 13 avril 2020 à 13h48

Bas les masques !

Je comprends votre angoisse et votre obsession du port du masque si vous avez une santé à risques ou si vous travaillez avec des personnes vulnérables et surtout si le port du masque devait autoritairement se généraliser.

C’est pourquoi, pour vous rassurer, je propose mon aide et mes compétences de couturière à tous les habitants de mon village de St Ciers d’Abzac et des alentours, pour confectionner gratuitement, ce masque « si précieux », en tissu, dans mes limites de fabrication et de stocks de fournitures. Si vous êtes intéressés, veuillez me contacter au 06 25 05 93 17. Je travaille actuellement sur deux modèles…à voir et je réfléchis à un système de dépôt qui assurerait les gestes barrières, soit à l’épicerie « Le chat noir », soit directement dans votre boite aux lettres…  un système de dépôt ou d’échanges  car vos propres fournitures sont les bienvenues, les miennes n’étant pas inépuisables ! Le masque serait déposé dans un sac plastique avec sa notice d’utilisation.

Mais attention, je veux aussi vous alerter sur la protection très réduite d’un masque en tissu. En effet, il ne vous protègera pas contre le virus dirigé de l’extérieur vers l’intérieur du masque. Il protègera seulement des postillons et gouttelettes expulsés de l’intérieur vers l’extérieur. Le port du masque en tissu ne libère pas des gestes barrières classiques et utiles, distanciation sociale et lavage des mains !

Alors pourquoi demander le port obligatoire de tels masques?

La demande de confection de masques artisanaux, même si elle s’effectue joyeusement sur Facebook ou internet, permet de résoudre, à mon sens, d’une pierre deux coups, deux problèmes. Elle répond à la pandémie de masques brevetés et aux normes qui est bien réelle d’une part, comme si les masques chirurgicaux  pouvaient être remplacés par ceux en tissu… Elle répond aussi à l’angoisse de certains citoyens qui veulent se protéger coûte que coûte contre la contamination du virus et qui plébiscite le port du masque comme une protection indispensable d’autre part.

Mais cette demande ne servirait-elle pas plus les autorités que les petites gens ? Ne cacherait-elle pas l’affolement des autorités à répondre à son peuple anxieux et malade, gavé d’images et de chiffres alarmants, ne leur servirait-elle pas à lui assurer leur éternelle bienveillance et se protéger de toutes responsabilités quand le moment de juger leurs actions sera venu et surtout ne leur permettrait-elle pas de remettre ce peuple, au plus vite, sur le chemin du travail, ainsi paré... bâillonné ?

Attention, comme on dit : l’erreur agite, la vérité repose ! Mais la prudence est toujours mère de sûreté ! Donc je suis d’avis qu’il vaut mieux faire que ne rien faire...

Fournitures :

Le masque ne doit pas être confectionné avec du tissu polyester (matière issue de la pétrochimie, donc pas très saine à respirer et non écologique, matière électrostatique qui attire les particules à elle, non respirante, non lavable à 60 degrés). Le masque doit être fait avec une double épaisseur de coton, tissé très serré, style drap ou tamis, non imprimé car l’encre peut être nocive à la respiration. Le coton est une matière naturelle qui répond à toutes les qualités recherchées plus haut, cependant il a un défaut, il absorbe la vapeur d’eau lors de la respiration et donc le masque sera vite mouillé. Pour parer à cet inconvénient, il est conseillé de rajouter un filtre en papier, comme un mouchoir, qui absorbera l’eau en excès à la place du coton. Selon moi, ce filtre ne doit pas être en polaire ni en molleton, trop épais, non respirant et en polyester !!!

Précautions d’utilisations :

Se laver les mains avant de le placer sur le visage. Ce masque en tissu ne se porte que pendant 1 à 1h30 ! Après utilisation, jeter le mouchoir en papier à la poubelle (plus écologique que le jet du masque chirurgical que l’on retrouvera dans quelques mois dans les océans !) et laver le masque en tissu à 60 degrés. Ensuite se laver les mains.

Pour une personne travaillant toute une journée, il est préconisé de préparer le matin, à l’avance, 5 à 6 masques avec chacun  leur mouchoir à l’intérieur car on ne replace pas un mouchoir en papier propre dans un masque en tissu usagé ! Après utilisation, on change le masque complet et on met le sale dans une poche jusqu’au soir.

Le port du masque en tissu ne libère pas des gestes barrières classiques, distanciation sociale et lavage des mains !

Revenir aux actualités